Magnifique Society, jour 1: nos coups de cœur

Bon Entendeur, Magnifique Society, Reims, Modern Coma
Gros coup de coeur pour le duo français Bon Entendeur, à mi-chemin entre le manifeste culturel et l'electro swing

Pour le premier jour du festival la Magnifique Society à Reims, c’est l’electro qui l’emporte. Ainsi qu’une célèbre Danoise et un rappeur français complètement barré.

Bon Entendeur

La belle découverte de ce vendredi à la Magnifique Society de Reims. Le duo français propose quelque chose de novateur: des set d’une heure qui mêlent des samples acoustiques (guitare sèche, piano, saxophone) à des instrumentations électro et surtout à des extraits d’interview d’artistes et de célébrités. On entends ainsi Alexandre Astier, Brel, Oxmo Puccino ou Aznavour. L’effet est saisissant. Plus que des DJ, Bon Entendeur fait vivre la culture française là où nombre de DJ ont succombé à la standardisation américaine. La preuve avec leur set présenté à la Magnifique Society: « Le père – Jean Reno » où l’on entend l’acteur dire: « Est-ce que je suis fier d’être français? Oui, je suis fier d’être français. »

Judy

Le trio pop rémois ne pouvait pas manquer la Magnifique Society dans la cité du champagne. Avec force vocodeur, le groupe offre une pop léchée, penchant tantôt du côté du Future Beat (Fakear, Petit Biscuit), tantôt du côté de Radiohead quand les cordes sont de sortie. Jamais aussi bon que lorsqu’il se lâche, Judy est une petite pépite sexy idéale pour commencer la soirée doucement. Ou la finir langoureusement.

Agnes Obel

Tout le monde connaît désormais la Danoise à la voix sublime. Après deux albums acoustiques qui laissaient toute sa place à la tessiture d’Agnes Obel, cette dernière a décidé de s’amuser un peu avec son organe. Les instruments électroniques ont fait leur apparition sur scène (autoharpe, mellotron) et Agnes Obel joue avec elle-même en métamorphosant sa voix pour se lancer dans un dialogue avec elle-même (« Familiar »). Rarement vue en festival (« Je vous vois si bien, s’est-est elle exclamée face au public ce vendredi, c’est nouveau pour moi »), la chanteuse nous élève toujours au-dessus des affres du monde avec brio et intensité.

Lorenzo

Attention, rappeur barré. Dans la lignée d’un Vald mais avec encore moins de sérieux, Lorenzo joue la carte de la dérision à fond. Sur la scène de la Magnifique Society, un stand de kebab (avec enseigne lumineuse) qui sert de table de mixage au DJ. DJ qui balance détonations d’armes à feu aux moments les plus incongrus et klaxons ringards à foison. Accompagné de son crew, le chevelu au bob balance ses punchlines (« Je vois des albums de merde se vendre » pour « Le son qui fait plaiz' ») largement reprises par ses fans. Il joue les gros caïds (on n’y croit pas une seconde, ce qui fait tout l’intérêt) tout en mêlant des références pop (Chirac, la gameboy) et en racontant ses mésaventures. Son histoire où il veut retrouver son fils et finit par se retrouver en taule pour avoir kidnappé le mauvais gosse est aussi débile que fun. A voir sur scène pour le show régressif que Lorenzo nous offre.

2080

L’artiste lo-fi qui utilise les sonorités 8-bits des consoles de notre enfance avait toute sa place à la Magnifique Society. Et plus particulièrement sur la scène Tokyo Space Odd au beau milieu des bornes d’arcades et des consoles retro. Le roi du chiptune tourne souvent au Japon et cela se ressent dans son dispositif scénique ultra-coloré et versant volontiers dans le Pixel Art. Petit particularité pour un DJ, il n’hésite pas à poser sa voix en live transformant ses titres en véritable génériques pop des années 90. Pour tous ceux qui ont grandi avec un pad dans les mains, 2080 va leur rappeler de bons souvenirs. Et les faire danser très tard.

La Magnifique Society se poursuit ce samedi 20 et dimanche 21 mai au Parc de champagne à Reims.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here