Main Square Festival jour 3: les pépites derrière Radiohead

Radiohead, Main Square Festival
Le légendaire groupe Radiohead a clôturé le Main Square Festival dimanche.
Radiohead a clairement écrasé la programmation de ce dernier jour du Main Square Festival d’Arras. Pourtant, il y avait de belles pépites à retenir. 
Seasick Steve

Comme son nom l’indique, Seasick Steve n’aime rien de mieux que la terre. La bonne vieille terre de ‘lOuest américain même. Le doyen de cette nouvelle édition du Main Square Festival (78 ans) défend avec toujours autant de ferveur le blues rock poussiéreux du grand ouest. Accompagné simplement d’un batteur aussi barbu que lui, Seasick Steve offre un show sincère, sans chichis, accompagné de guitares fabriquées à la main. On retiendra notamment sa « washboard-guitar-pile of shit » et le joli passage où il invite une spectatrice sur scène pour une belle chanson d’amour les yeux dans les yeux. Rugueux et intensément doux.

Spoon

Fleuron de l’indie rock texan, le groupe Spoon était idéal sous le soleil estival du Main Square Festival. Avec son rock liquide, aux refrains entêtants, Spoon sait doucement mener son public par la main pour l’emmener vers des propositions plus expérimentales. On ne s’étonnera pas de retrouver Spoon dans la bande son de nombreuses séries (Veronica Mars, Scrubs, les Simpsons, etc.) tant le groupe est représentatif de son époque.

The Lemon Twigs

Ils sont américains mais on jurerait entendre les Beatles. Leur pop-rock tendance psyché ressuscite les gloires passées du rock des sixties. Mais en ajoutant une dose de sophistication très moderne et leurs arrangements léchés. Mention spéciale pour le clavier qui à lui tout seul évite au groupe de tomber dans la redite. Le duo lumineux de New-York a su tirer le meilleur des deux époques.

Savages

Il aura fallu que la chanteuse Jehnny Beth (alias Camille Berthomier) se jette dans le public pour balancer deux de ses titres les plus punchy pour que le public du Main Square se réveille enfin. La proximité du concert hyper attendu de Radiohead a joué contre les quatre filles de Savages. Mais heureusement, Savages fait partie de ces groupes rock capable de tenir une énorme scène de près de 40 000 spectateurs. Avec des titres fédérateurs comme « The Answer » ou « She Will », les Savages ont offert une prestation rêche, pleine d’aspérité. On savait que Jehnny Beth était capable de passer des voix les plus rocailleuses au plus aiguë, mais on n’a pas pu s’empêcher d’admirer la dextérité de la batteuse (Fay Milton) et la bassiste (Ayse Hassan) qui ont captivé durant tout le show. Du grand art.

Radiohead

La mega tête d’affiche de ce Main Square Festival d’Arras. C’était d’ailleurs la seule date française du groupe britannique. Résultat, un public de fans venu des quatre coins de la France. Et même de plus loin encore. Pour l’occasion, on aura eu droit à une bonne partie de leur mythique album OK Computer (« Exit music », « No surprises », « Paranoid Android ») sorti il y a justement vingt ans. Autant de moment de grâce sur scène avec un public en communion avec Thom Yorke et son groupe. On pourra regretter un concert longuet dans sa première partie et un final trop brutal qui a laissé le public un peu sur sa faim. Mais assister à un concert de près de 2 h 20 de Radiohead pour moins de 70 euros, c’est déjà une chance énorme en soi. Alors on ne lui en tiendra pas rigueur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here