« We used to bloom » de Denai Moore, printemps soul

Denai Moore, We used to bloom, Modern Coma
Le message de l'album "We used to bloom" de Denai Moore n'est pas compliqué à comprendre.
La chanteuse anglaise Denai Moore livre un album rempli de petites joies simples. Lumineux.

Elle le dit elle-même en interview. « Finir cet album m’a permis de me sentir meilleure. » On partage le même sentiment que Denai Moore à l’écoute de « We used to bloom », son second opus qui paraîtra le 16 juin prochain. Lumineux, tout en délicatesse et baigné par la voix soul de la chanteuse de 23 ans, « We used to bloom » est le genre de petit plaisir qui vous emplit doucement de félicité.

Sonorités soul, basses puissantes, longues plages de synthés et claquements de doigts ouvrent le premier morceau de l’album, « Let it happen ». Pour un peu, on se croirait face à un nouveau titre du duo français Her. Mais ici, pas de sons qui donnent envie de danser collé-serré à son (sa) partenaire. Denai Moore nous invite tendrement à un lâcher prise pour ensuite se laisser absorber par sa musique. Une pratique que l’on retrouvera d’ailleurs tout au long des dix pistes.

Comme dans « Desolately devoted » et ses choeurs religieux qui nous emmène vers d’autres cieux plus cléments. Ou encore l’excellent « Trickle » avec ses longues plages de synthés qui accompagnent tout au long la voix de Denai Moore. Sans doute notre titre favori.

Parfois, la chanteuse revient vers ses origines folk avec son instrument de prédilection : la guitare. Mais on sent clairement qu’elle a voulu repousser ses limites et sortir de sa zone de confort. Dans « Twilight », jolie ballade guitare-voix, l’instrument est légèrement désaccordé. L’équilibre n’est atteint que par la perfection du chant de Denai Moore. On retrouve le même travail dans « Bring your shame ».

S’il fallait un garder un morceau représentatif de cet album que l’on croirait chanté en permanence avec le sourire, c’est bien « Does it get easier ? » où Denai Moore y explique comment elle laisse couler sur elle les difficultés de la vie. Tout en offrant un hommage appuyé aux femmes qui affrontent bien plus de problèmes que les autres. D’ailleurs, on pense que le nom de l’album est une référence à Bloom, un collectif d’artistes (photographe, réalisatrice, musicienne, etc.) entièrement féminin.

Au final, maniant parfaitement les instruments classiques comme électroniques, Denai Moore a su créer un album renouvelant sa musique. A la fois soul et pop, remplaçant la mélancolie des débuts par un regard beaucoup plus positif sur l’avenir. « We used to bloom » ne mérite pas l’usage du passé. Car on a assisté en direct au fleurissement de Denai Moore.

« We used to bloom » de Denai Moore sort le 16 juin 2016 en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here