Road-trip avec « Nothing to find » de The War on Drugs

The War on Drugs, Modern Coma
Le groupe d'Adam Granduciel (au centre, avec la longue tignasse) est un digne représentant du rock américain indépendant.

Le groupe d’Adam Granduciel nous abreuve d’un nouvel hymne rock typiquement américain. A mettre dans sa play-list road trip

Si vous aimez Bob Dylan, les guitares rock amples, les grands espaces américains et des claviers entêtants, alors le dernier morceau de The War on Drugs est fait pour vous.

« Nothing to find » nous embarque dans 6 minutes de rock’n’roll solaire. Un véritable vent de liberté souffle sous les accords de guitare léchés d’Adam Granduciel. Rien d’étonnant quand on sait qu’il est l’ancien guitariste du groupe de Kurt Vile (dont on vous parlait ici dernièrement).

Cet extrait de son nouvel album « A Deeper understanding », sorti début septembre, souligne bien comment l’artiste a composé l’intégralité de son long format au clavier avant toute chose. Il en ressort une légèreté, un tressautement. Une évolution dans la musique de The War on Drugs, plus mélancolique dans les précédents albums.

Avec son harmonica et ses cordes qui claquent, Adam Granduciel s’éloigne du shoegaze et des sons saturés qu’il a l’habitude de faire ressentir. En résulte ainsi un véritable hymne, calibré pour les live. C’est exactement ce qu’a voulu faire le leader de The War on Drugs pour ce nouvel album.

Si le disque entier vaut d’être écouter, cette petite pépite est à découvrir en priorité. Et qui prouve que faire du rock américain « classique » (guitare, basse, clavier, batterie) ne veut pas dire manquer d’inspiration. Bien au contraire. Le maniaque Adam Granduciel le prouve encore.The W

The War on Drugs, A Deeper Understanding,en concert au Bataclan le 6 novembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here